Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

Vers une nouvelle inspection de l’ATPu en 2013

Pierre Perdiguier, chef de division de l’ASN à Marseille, a répété pour les membres de la Commission locale d’information les éléments délivrés à la presse le 14 mai dernier (lire notre article précédent). L’occasion d’énumérer à nouveau le nombre d’inspections réalisées en PACA, et au sein du CEA Cadarache en particulier: 123 en 2012, dont 66 sur le centre, 8 portant sur le retour d’expérience post-Fukushima et 3 sur le chantier Iter. Sans oublier l’exercice de crise nucléaire à dimension sismique, à nouveau mentionné pour sa bonne exécution. «Le niveau de sûreté reste globalement satisfaisant sur le centre» a donc analysé le chef de division, précisant que la présence «d’éléments d’hétérogénéité dans cette appréciation ne remet pas en cause la sûreté des installations et la radioprotection des salariés».
Seule ombre au tableau dans le bilan dressé par l’ASN, la mise en demeure du CEA Cadarache, qui poursuit actuellement son processus. Pierre Perdiguier a, cette fois, précisé que le CEA avait bien apporté les premiers éléments de réponse via un dossier reçu fin avril, qui sera prochainement complété par de nouveaux éléments. «Il est encore trop tôt pour commenter les actions mises en place par le CEA mais, une chose est certaine, on peut d’ores et déjà dire que le fait d’avancer conjointement vers une amélioration de la situation est déjà, en soi, un élément positif. Après analyse, et à la suite d’une nouvelle inspection qui sera réalisée dans le courant du second semestre, nous serons en mesure de donner un nouvel avis».
L’ASN a en revanche tenu à donner son avis dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, «même si ce n’est pas forcément le rôle premier de l’Autorité», a concédé le chef de division. Objectif de l’ASN: pointer du doigt le fait que «certains choix pourraient avoir un impact sur la sûreté»; sans pour autant commenter ces choix. En l’occurrence, les deux point principaux portent sur l’anticipation d’une potentielle mise à l’arrêt de plusieurs centrales, et la nécessité de prendre des décisions à court terme. «La standardisation du parc électronucléaire français constitue un avantage de taille qui, en cas de détection de défaut, se transformerait en inconvénient avec la mise à l’arrêt de plusieurs centrales en même temps (…) L’ASN tient donc à préciser que la France se doit donc de posséder des marges suffisantes».
La phrase de Pierre Perdiguier a alors permis à certains membres de la Cli d’exprimer leur avis, parfois personnel et/ou parfois partisan, sur les énergies renouvelables. Comme un semblant de répétition, à l’échelle de 30 personnes, du débat national sur la transition énergétique. Jusqu’à l’intervention de Henri Maubert rappelant que, depuis 2009, le CEA signifie «commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives». Et d’énumérer les nombreux projets, en cours ou à venir, en la matière… Le représentant du CEA a d’ailleurs enchainé en répondant, une nouvelle fois, aux interrogations de la Cli en matière de suivi des inspections réalisées par l’ASN. «Le CEA ne les autorise pas d’un point de vue règlementaire dans la mesure où une inspection de l’ASN s’apparente, sur la forme, à une procédure policière incompatible avec la présence d’observateurs. Nous avons, en revanche, fait des propositions à la Cli mais elles sont toujours restées sans réponse…»
Pas de réponse non plus, pour le moment, sur le sujet abordé lors la précédente réunion de la Commission au sujet du rapprochement des Cli Cadarache et Iter; cette dernière affichant des difficultés financières incompatibles avec ses activités. «Le Conseil général des Bouches-du-Rhône, qui est le principal financeur, a officiellement exprimé le souhait de rapprocher les structures pour optimiser les coûts», a rappelé Cyril Fourcaud, secrétaire général. «Mais Iter Organization a, de son côté, exprimé sa volonté d’indépendance, s’appuyant sur le caractère international du projet et la différence entre fusion et fission. Un peu comme si la Cli figurait parmi les enjeux permettant de se singulariser…»