Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

Un rapport TSN pour Tout Savoir sur Nous: 1. Christian Bonnet: « Le CEA Cadarache est une référence internationale »

Le CEA Cadarache vient de publier, conformément à la loi éponyme, son rapport TSN. L’occasion, dans un premier temps de replacer le centre bucco-rhodanien dans un contexte historique puisque, comme le rappelle son directeur Christian Bonnet, « le centre de recherche du CEA Cadarache, depuis sa création il y a 55 ans, a relevé de nombreux défis scientifiques et humains: il est devenu une référence internationale! La particularité de notre site est de mettre en oeuvre des installations de recherche très variées, dans le domaine des énergies qui émettent très peu de gaz à effet de serre, en particulier l’énergie nucléaire de fission ».
Impossible de parler de fission sans parler de sûreté avec, concernant les INB du centre, un respect scrupuleux d’une règlementation très stricte…
« C’est la raison pour laquelle les équipes du centre sont engagées durablement dans des démarches de prévention. Prenant à coeur leurs responsabilités en matière d’environnement, de sûreté et de sécurité, elles se mobilisent pour s’adapter aux exigences d’une réglementation qui évolue année après année. Par ailleurs, les équipements sous pression nucléaire sont soumis à de nouvelles normes concernant leur conception, leur réalisation et leur suivi en service dont nous devons tenir compte dès à présent ».
Ce qui signifie que ces problématiques s’appliquent aussi bien aux salariés du CEA qu’aux prestataires?
« L’intervention de nos prestataires doit effectivement répondre à un suivi très formalisé. Nous sélectionnons les professionnels les plus rigoureux et assumons les tâches qui ne peuvent leur incomber ».
Malgré ce, des contrôles sont régulièrement effectués par l’ASN…
« Notre vigilance quotidienne est accompagnée par l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Et, avec tout leur professionnalisme, nos équipes s’impliquent dans les contrôles réguliers des installations. En 2013, une soixantaine d’inspections se sont déroulées à Cadarache. L’ASN a d’ailleurs qualifié de « globalement satisfaisant » le niveau de sûreté, et a souligné la bonne implication de la direction dans la sûreté et les vérifications internes. Nous avons en effet à coeur de respecter nos engagements ».
Ce qui signifie, aussi, que vous vous adaptez à l’évolution de ces normes, notamment depuis l’accident de Fukushima?
« A la suite des des Evaluations Complémentaires de Sûreté post-Fukushima, nous avons conçu en 2013 un nouveau centre d’intervention et de secours dont Cadarache sera prochainement doté. Nous avons aussi terminé le désentreposage des fûts plutonifères de l’installation PEGASE, procédé à l’amélioration du comportement sismique du LECA-STAR, à l’évacuation de combustibles entreposés à MASURCA, à la préparation de mise en activité de la nouvelle station de traitement des effluents AGATE ».
Autre dossier suivi de près par l’ASN, le démantèlement d’installations exploitées par Areva: où en est-on aujourd’hui?
« Nous nous préparons à la reprise en 2015 de la responsabilité de l’exploitation technique de l’atelier ATPu et du laboratoire LPC, jusqu’ici opérés par Areva. Pour prendre la suite, nous organisons le transfert des compétences spécifiques vers les salariés du CEA. Nous avons encore à faire, mais l’ASN a estimé notre action satisfaisante sur ce sujet. C’est également le cas de l’organisation et du suivi du chantier du RJH plusieurs fois inspecté l’an passé et toujours jugé rigoureux ».
Une véritable culture de la sûreté en quelque sorte..?
« Pour améliorer la sûreté de nos installations, nous développons nos actions tout au long de leur vie: dès la conception d’un projet, dès le début de sa réalisation, dans la préparation et la mise en service, dans l’amélioration du fonctionnement et jusqu’au démantèlement ».
Outre le rapport TSN, dont la périodicité est annuelle, comment peut-on s’informer sur les activités du centre?
« Le rapport TSN répond aux demandes formulées dans la loi du 13 juin 2006, qui en a imposé la forme et son contenu est nécessairement synthétique. Mais l’information que nous donnons sur les activités nucléaires du centre est complétée, plusieurs fois par mois, en toute transparence, vers la Commission Locale d’Information, où nous répondons à toutes les questions posées ».