Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

Un nouveau centre de secours pour une sécurité maximale

Inondations, séismes, tornades, incendies, explosions… Autant d’événements auxquels on préfère souvent ne pas penser. Au CEA, c’est tout l’inverse! Non seulement on y pense mais, en plus, on s’adapte en permanence aux nouvelles contraintes afin d’être certain de pouvoir gérer l’extraordinaire et l’imprévisible. Et c’est précisément le cas avec le NCIS, le nouveau centre d’intervention et de secours, actuellement en cours de construction. Si l’objectif premier est de répondre aux nouvelles exigences de l’ASN, à la suite des évaluations complémentaires de sûreté post-Fukushima, le nouveau centre va permettre d’atteindre un très grand niveau de sécurité et d’efficacité.
La première différence de taille concerne 3 des 5 nouveaux bâtiments, puisqu’ils seront rattachés au périmètre d’une INB. Concrètement, cela signifie que le cahier des charges du poste de commandement local (PCDL), du bâtiment hébergement et le hangar sera identique à celui d’une installation nucléaire. Avec, à la clé, l’objectif du maintien des moyens d’intervention et de communication même en cas de crise extrême, puisque les nouveaux critères correspondent à des événements qui n’ont jamais eu lieu en France. Mais ce maintien des moyens s’est également accompagné d’une augmentation et d’une optimisation de leur capacité. Le bâtiment hébergement, pour les astreintes 24h/24, pourra accueillir à lui seul jusqu’à 50 agents, alors qu’aujourd’hui ils étaient dispersés sur plusieurs points. Le PCDL recevra jusqu’à 50 personnes, contre 20 aujourd’hui. Enfin, le hangar regroupera l’ensemble du matériel d’intervention afin de devenir une véritable base logistique. Sachant que, au passage, la remise à niveau a aussi concerné le matériel lui-même avec, par exemple, l’achat d’engins tout-terrain capable de se déplacer et d’intervenir quel que soit l’événement en cours. Il en va de même pour le système d’alarme, rénové tout récemment et répliqué à l’identique sur le nouveau centre.
On aboutit donc logiquement à une meilleure coordination et, donc, plus d’efficacité. Un souci que l’on retrouve jusque dans le positionnement géographique du nouveau centre puisqu’il sera situé à proximité immédiate d’une entrée afin de pouvoir collaborer facilement avec des secours extérieurs, sans pour autant rallonger les temps d’intervention en interne. A noter enfin que le NCIS sera opérationnel à 100% début 2018 mais que le premier bâtiment « noyau dur » répondra aux nouvelles contraintes dans moins de 12 mois: le bâtiment hébergement sera en effet livré au plus tard début 2016.