Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications

Un dialogue permanent avec les communes environnantes

Tout le monde connait le CEA Cadarache. En revanche, tout le monde ne sait pas encore ce que c’est, ni ce qu’on y fait… Un constat que la récente enquête lancée par le centre bucco-rhôdanien n’a fait que confirmer. Les 26 questions, posées aux habitants des neuf communes* situées à proximité du centre, laissent d’abord apparaître un intérêt certain pour les activités du centre puisque plus d’une personne sur 6 a rempli et renvoyé le questionnaire, adressé par voie postale à
6000 foyers; les plus de 50 ans représentent près de 75% des personnes ayant répondu et 54% ont plus de 60 ans. Mais les plus jeunes sont convenablement représentés.
Dans la majorité des cas, l’âge du centre ou le nombre de personnes qui y travaillent (5500) ne pose pas de problèmes : du haut de ses 56 ans, le CEA Cadarache fait désormais partie du « paysage » du Val de Durance avec, dans nombre de
familles, un parent ou une connaissance directement concerné. Concernant les activités, là encore, les grands principes sont connus et 86% savent qu’il s’agit d’un centre de recherche sur l’énergie nucléaire et sur les énergies renouvelables.
En revanche on constate que les généralités cachent parfois de grosses erreurs d’appréciation ou d’information; à l’image des 17% qui pensent, à tort, que le CEA Cadarache est une centrale nucléaire. D’ailleurs, parmi les 70% des personnes interrogées qui estiment être peu ou pas du tout informées sur les activités du centre, 41% avouent n’avoir jamais cherché à se renseigner. Même constat au sujet du PPI, le plan particulier d’intervention: 40% n’en ont jamais entendu parler!
L’ensemble des résultats, sera rendu public très prochainement. Ce sera ainsi l’occasion de renforcer l’information envers les habitants des communes concernées. Quelques idées : réunions publiques ou interventions pendant les conseils municipaux ? Le CEA Cadarache entretient en effet des liens étroits avec les élus locaux : ils sont régulièrement conviés par la direction du centre à des réunions d’information, afin qu’ils puissent ensuite eux-mêmes répondre aux éventuelles interrogations de leurs administrés. La dernière réunion en date, le 10 mai dernier, s’est tenue au château de Cadarache en présence de représentants des communes de Volx, Vinon-sur-Verdon, Villeneuve, Sainte-Tulle, Saint-Julien-le-Montagnier, Rians, Pierrevert, Peyrolles, Meyrargues, Manosque, La Tour d’aigues, Ginasservis… sans oublier Saint-Paul-lez-Durance, où est implanté le centre.
« Ces réunions sont vraiment importantes pour nous », estime d’ailleurs Roger Pizot, le maire de Saint-Paul. « Cela permet de savoir où en sont les chantiers et les projets. Cela permet également de poser des questions à Christian
Bonnet, le directeur, qui prend toujours soin de répondre à chacun ». Le fait de pouvoir rencontrer les membres de la direction, de les interpeler et d’échanger avec eux est d’ailleurs toujours très apprécié. « On se tient au courant de la vie du centre et constate que les projets avancent », rajoute Martine Dozol, élue à Pierrevert. « Et on peut également exprimer certaines de nos préoccupations, comme les problèmes liés à la circulation routière avec, dans beaucoup de communes, l’attente de la réouverture du barrage EDF qui permettrait de faciliter l’accès à Cadarache ».
* Les communes concernées par l’enquête sont Corbières, Jouques, Saint-Paul-lez-Durance, Ginasservis, Rians, Beaumont-de-Pertuis et Vinon-sur-Verdon dans le PPI, ainsi que Manosque et Venelles.