Accueil » Actualités, Communiqué, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

Tore Supra à la conquête de West

A 25 ans, on a l’avenir devant soi. Et c’est ce qu’ont tenu à rappeler Alain Bécoulet, chef de l’IRFM et Michel Chatelier (conseiller scientifique de Gabriele Fioni, directeur des sciences de la matière du CEA) à l’occasion de la cérémonie d’anniversaire qui s’est tenu au musée Granet, à Aix, le 14 mai. Une soirée pleine de symboles puisqu’elle se déroulait devant une assistance nombreuse, au sein de laquelle on pouvait compter Osamu Motojima, directeur général d’Iter Organization, mais également tous les membres du comité consultatif scientifique et technique d’Iter (le STAC), venus débattre de l’opportunité de démarrer Iter directement avec des éléments de parois métalliques refroidis. «C’est ce même composant, absolument clé pour Iter, que Tore Supra va maintenant prototyper et tester, en soutien à sa construction», pouvait alors annoncer fièrement Alain Bécoulet. «C’est le projet West, qui fait entrer Tore Supra dans le groupe des machines qui préparent Iter».
Gabriele Fioni, directeur des sciences de la matière du CEA a en effet pris le 7 mars 2013 la décision formelle de lancer le projet West. Mais ce n’est que le 13 mai, soit la veille de cette soirée d’anniversaire, que l’IRFM a reçu le courrier officiel de la préfecture de Région confirmant l’attribution de fonds européens Feder pour le projet West. Encore un symbole qui, aux yeux d’Alain Bécoulet, «vient témoigner du soutien constant et fort de la région Paca, des quatre département limitrophes de Cadarache, des communautés de communes, et en particulier celles du Pays d’Aix, non seulement à Iter mais également à Tore Supra qui fête 25 ans de recherche et développement sur la science et la technologie des plasmas de fusion stationnaires, et devient un banc test entièrement dédié à aider Iter pendant sa construction et le début de sa mise en oeuvre». Comme une preuve supplémentaire qu’à 25 ans, Tore Supra entre dans la maturité en se mettant au service d’Iter et de ses partenaires pour réussir «l’étape fondamentale de démonstration de faisabilité de la production d’énergie par les réacteurs de fusion».
Il faut dire que Tore Supra présente des similitudes remarquables avec Iter, à l’image de la maîtrise du supraconducteur et des flux de chaleur en continu à la paroi. «Cette similitude peut être renforcée en installant un bobinage supplémentaire permettant de réaliser une configuration de divertor, et de construire la paroi en tungstène plutôt qu’en fibre de carbone, comme c’est le cas actuellement», annonçait alors Michel Chatelier. Ce sera donc l’objet du projet West, évolution dans le domaine des composants de paroi refroidis activement, depuis la fabrication dans l’industrie jusqu’à leur exploitation en conditions réelles. «Le projet West doit valoriser les acquis de Tore Supra et apporter l’aide la plus ciblée possible, qu’elle soit directe ou indirecte, au projet Iter», continuait le conseiller scientifique. «Une activité que nous voulons créatrice d’innovation, d’activité et d’emploi au service du développement économique et du rayonnement de notre si belle région», terminait Alain Bécoulet pendant que l’assistance recevait le tout premier numéro de la West newsletter. On pouvait y voir, notamment, la photo de toute l’équipe de l’IRFM, devant Tore Supra; cliché pris à l’occasion de l’annonce officielle de la seconde vie de l’installation. Une seconde vie qui a déjà débuté puisque les opérations de démantèlement des parois en fibre de carbone sont en cours. Autant de preuves, et de symboles, que la conquête de West a commencé.