Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

Sûreté et sécurité en constante amélioration

Si les installations nucléaires françaises sont réputées pour leur très haut niveau de sûreté, l’accident de Fukushima a logiquement abouti à une réexamen de l’ensemble des moyens existants. Dès 2011, l’Autorité de sûreté a en effet exigé que tous les exploitants réalisent des évaluation complémentaires. L’objectif de la démarche est d’effectuer une réévaluation ciblée des marges de sûreté des installations vis-à-vis de phénomènes naturels extrêmes. Elle implique, en outre, un réexamen du comportement des installations face à des situations extrêmes (séisme, inondations, pertes des alimentations électriques et/ou des systèmes de refroidissement). Enfin, chaque exploitant est également évalué sur sa capacité à gérer les crises issues de ces situations extrêmes.
Séisme extrême, inondations avec possibilité de rupture des trois barrages (Esparron, Sainte-Croix et Serre-Ponçon) et de remontées des nappes phréatiques, pertes totales d’alimentation et de refroidissement… sans oublier des possibilité de tornades, neige ou foudre! Autant de scénarios qui, à Cadarache, ont abouti à des mesures d’amélioration de la sûreté de certaines installations et, surtout, à l’accélération du projet de construction d’un nouveau centre de secours. Et même si ce projet n’est pas une réelle nouveauté, Fukushima a clairement permis de gagner du temps sur sa réalisation.
Face à la nouvelle gare routière, cinq bâtiments de plain-pied, d’une superficie totale de près de 5000 m2, vont être construits d’ici 2018. Conçus pour résister à un séisme majeur, des tornades, des accumulations de neige ou des inondations, ils répondent aussi à la réglementation thermique 2012. Les travaux de terrassement ont d’ores et déjà démarré et le premier bâtiment devrait être livré fin 2015: il abritera le centre opérationnel et servira d’hébergement aux personnels de la FLS (Formation locale de sécurité). L’ensemble comprendra également deux hangars à véhicules, l’un renforcé conformément au noyau dur (lire ci-dessous), l’autre conventionnel, réunis autour d’une aire unique. Le quatrième bâtiment comportera des bureaux et une salle de formation. Enfin, le dernier abritera le nouveau Poste de Commandement de Direction Locale et le PC sécurité.
A noter enfin que certaines actions ont été engagées sans délai comme la mise en place de deux bassins d’extinction de 170 m3, la création sur le site d’une base logistique (dans des containers maritimes) dans laquelle se trouvent des matériels nécessaires à la gestion de crise, ou encore l’achat de moyens de communication satellitaires supplémentaires.