Accueil » Actualités, Evénements, Presse, Sciences et techniques

Quand le CEA Cadarache donne la parole à de futurs journalistes

Un déplacement à mi-chemin entre curiosité journalistique et obligation universitaire… Les apprentis journalistes du Magistère JCO (Journalisme et Communication des Organisations) ont d’abord affiché une forme de perplexité: « Visiter le CEA Cadarache: oui, mais pourquoi faire? » Pourtant, une fois sur place, le professionnalisme a rapidement pris le pas sur les interrogations. Car les étudiants ont beau simuler des articles ou des micro-trottoirs, dans le cadre de leurs cours, rien ne remplace un reportage dans des conditions réelles. Et, depuis déjà quatre ans, le CEA Cadarache accueille une promotion d’étudiants en journalisme et communication, dans le cadre d’un partenariat avec le Magistère JCO, une formation insérée dans la Faculté de droit et de science politique d’AMU. Les futurs journalistes peuvent ainsi effectuer un véritable reportage, en se frottant à des thématiques souvent pointues. « A nos yeux, il est important qu’ils sachent ce qu’est un centre de recherches, et puissent avoir un minimum de connaissances: comme un premier vernis de compétences susceptible de construire une vision plus critique et plus objective », détaille Guy Brunel, directeur de l’UCAP (Unité de communication et des affaires publiques) de Cadarache. « Au fil des rencontres et des interviews, ils peuvent également se rendre compte que la recherche scientifique et le journalisme partagent des valeurs essentielles: savoir poser les bonnes questions pour obtenir de bonnes réponses, et ne pas se contenter d’une idée préconçue. » Et pour aller au bout de cette démarche, le centre bucco-rhôdanien a décidé de publier des extraits d’articles réalisés par ces futurs professionnels de l’information…
Extrait de l’article d’Anne-Clémence Ndoba (visite de l’IRFM):
A quelques kilomètres de l’entrée principale, nous arrivons devant un grand bâtiment à l’architecture atypique. Ses murs blancs, en béton armé, sont usés par le temps. A l’entrée, les portes vitrées atténuent l’imposante carrure de la bâtisse… Le hall ressemble à un petit musée avec ses maquettes et photos du tokamak. La machine ressemble à un vaisseau spatial argenté et futuriste. Sauf que le nôtre existe vraiment: il s’appelle West. Et malgré une apparence hostile, et les nombreuses idées reçues sur les travaux effectués à Cadarache, West nous veut du bien! (…)
Extrait de l’article de Louise Cassola:
Derrière la volonté de démocratiser la science transparait un objectif à plus long terme : montrer aux lycéens et aux étudiants les potentialités inhérentes à la recherche. Les générations qui se rendent chaque année dans les centres du CEA vont choisir leurs études en fonction de ce qu’ils connaitront, et de ce qui les aura séduit. Or, les métiers scientifiques, fondamentaux pour le futur, sont rarement cités en premier… S’adresser à la jeunesse permet donc de stimuler leur appétence avec un message clair: le domaine scientifique est ouvert à tous! D’autant que son développement n’a jamais été aussi nécessaire au vu des nombreux enjeux qui pèsent sur nous, qu’ils soient environnementaux, économiques ou sociaux. (…)
Extrait de l’article d’Elsa de la Roche Saint André:
Au-delà de la recherche fondamentale, des mesures concrètes sont prises pour préserver l’environnement au sein même du centre de recherche: Le CEA Cadarache reste un site naturel, où les structures scientifiques et industrielles se confondent avec la forêt qui les entoure. D’ailleurs, un partenariat a été conclu avec l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage). A l’intérieur des clôtures du centre, il ne faut donc pas s’étonner de rencontrer des sanglier, des cerfs, des mouflons… Ces espèces ont été conservées: elles sont protégées et des battues sont organisées pour réguler sur population. (…)