Accueil » Actualités, Communiqué, Evénements, Presse, Publications

Maurice Mazière: entre satisfaction et émotion

Beaucoup de monde, beaucoup d’applaudissements et, surtout, énormément d’émotion. Maurice Mazière n’a rien changé à sa ligne de conduite à l’heure de saluer les siens. Humain et accessible jusqu’au bout, la voix parfois tremblante, le directeur du centre de Cadarache a tenu à remercier, à plusieurs reprises, l’ensemble des salariés. Eux qui, depuis pendant trois ans, ont appris à connaître leur directeur. Maurice. Pas seulement pour les intimes mais, au fil des rencontres et des réunions, pour tous. Avec un accord parfait entre liens hiérarchiques et rapports humains. Si bien que ce sont les encouragement de ses propres collaborateurs qui, dans les tout premiers instants, l’ont aidé à franchir «ce moment tant redouté»…
Entre émotion et improvisation, Maurice Mazière est parvenu à rester lui-même. Avec, juste derrière-lui, la photo de ses trois petits enfants en guise de soutien. Parce que la fonction n’interdit ni la proximité, ni la satisfaction… «J’ai passé ici trois années intenses qui m’ont apporté beaucoup de satisfaction. A commencer par tous ceux qui avec qui j’ai pu travailler. J’ai réellement apprécié l’intelligence collective qui permet de travailler dans une bonne ambiance sans jamais oublier cette volonté commune d’avancer. Je suis heureux de terminer sur cette image».
Les remerciements se sont d’ailleurs enchainés puisque, à l’heure du bilan, le directeur a tenu à partager les points forts du centre, à commencer par sa sûreté. «Trois ans sans accident grave, ce n’est pas un hasard. C’est le résultat de votre travail quotidien. Car il y a à Cadarache des gens motivés et très consciencieux qui ont le sens des responsabilités». Une compétence que Maurice Mazière a souhaité mettre en avant à l’heure de passer le relais à son successeur. «Evidemment, ce n’est pas simple de partir quand la période est moins favorable. Mais j’ai confiance en vous. Cadarache possède énormément d’atouts. Le RJH, Agate, West ou la Cité des énergies sont des signaux très positifs. Sans oublier Iter… Et j’ai déjà beaucoup répété à Christian Bonnet tout le bien que je pense de vous. Il sera un très bon chef et je pars donc confiant. Bonne continuation!»
Confiant, ému et soutenu. Maurice Mazière a eu droit à de nombreuses salves d’applaudissements et, surtout, de remerciements. Symboles d’une satisfaction, et de compétences, forcément réciproques. Comme un ultime témoignage des «forces vives qui animent le centre», a simplement résumé Christian Bonnet. Si le nouveau directeur du centre est amicalement resté en retrait, il a tout de même tenu à souligner le sens d’une telle cérémonie de départ. «Quand on voit autant d’enthousiasme, on ne peut qu’avoir confiance en l’avenir. Je suis très honoré de prendre la suite de Maurice et je le remercie d’avoir su amener le centre là où il est aujourd’hui».
Christian Bonnet était, depuis le 2 janvier 2008, directeur du CEA Marcoule qui regroupe 1500 personnes dans le Gard, ainsi que la cinquantaine de salariés travaillant sur le site drômois de Pierrelatte. Né le 13 mars 1954 à Autun (Saône-et-Loire), Christian Bonnet est marié et père de trois enfants. Diplômé de l’Ecole Centrale de Paris, iI a débuté sa carrière en 1978, dans l’étude de blindages, à l’atelier de construction de Tarbes du GIAT (Groupement industriel des armements terrestres). Il est entré au CEA en 1981, au sein de la Direction des applications militaires où il a effectué la première partie de sa carrière. C’est en 1997 qu’il a rejoint la Direction de l’énergie nucléaire, comme chef du département d’études des combustibles de Cadarache (recherches sur la définition, la fabrication et le comportement sous irradiation des combustibles utilisés pour la production d’électricité nucléaire). Après avoir été directeur adjoint du centre de Marcoule (entre 2002 et 2006), il a occupé le même poste à Cadarache, de 2006 à fin 2007.