Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

Le CEA fait son entrée dans l’éco-campus Méditerranée

On sait que le projet d’Eco-campus Méditerranée fait, depuis toujours, l’unanimité dans le département des Alpes de Haute-Provence. Ce consensus est désormais renforcé par l’entrée d’un nouveau partenaire puisque le CEA Cadarache fait officiellement partie du projet. Son directeur, Christian Bonnet, s’est en effet engagé vendredi 3 octobre aux côtés de Nicole Peloux (présidente de la CCIT 04) et Bernard Jeanmet (président de la DLVA) dans le cadre d’une « convention d’intérêts ». Autrement dit, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives fera partie du comité de pilotage de l’éco-campus et, à ce titre, participera à la définition des actions à mener.
Pour le centre, l’intérêt se situe au niveau de ses besoins spécifiques en terme de main d’oeuvre. Par extension, le futur centre de formation pourra être en mesure de fournir une main d’oeuvre qualifiée à tous les pôles du CEA (y compris l’Agence ITER France), et à ses sous-traitants. Pour aller au bout de la démarche, le centre s’engage à mettre à la disposition des futurs apprentis certaines de ses plateformes technologiques. Autre point d’intérêt pour le CEA, la possibilité de profiter des capacités de logement qui seront créées à Sainte-Tulle. Sur ce dernier point, Bernard Jeanmet a d’ailleurs précisé que « que la route du barrage EDF, qui permet traverser la Durance pour rejoindre Cadarache, devrait être à nouveau accessible prochainement aux salariés du centre ».
L’éco-campus méditerranée, qui sera installé au sein du Centre Regain de Sainte-Tulle, sera la première pierre d’un projet recouvrant la formation professionnelle, le développement économique et le tourisme d’affaire. C’est précisément dans cette optique qu’il a pu s’inscrire dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir (PIA). Par avis du Comité d’évaluation du PIA et décision du Premier ministre du 28 mai 2013, le projet a en effet été validé au titre de l’action « modernisation de l’appareil de formation en alternance » avec une aide de 3,4 millions d’euros. C’est un peu plus d’un tiers du montant total, estimé 9,97 M€ (HT). L’enveloppe doit notamment permettre la création d’un bâtiment de 3000 m2 qui accueillera 350 alternants.
L’offre de formation de la CCIT 04, partenaire du dispositif, portera sur trois volets. Le premier concerne l’installation, la maintenance et le démantèlement de dispositifs de production d’énergies décarbonées. Le second touche la maîtrise de la demande en énergie dans les bâtiments avec, notamment, la mise en place de formations en économie de flux. La création d’un BTS « Fluides Energies Environnement, option maintenance » sera d’ailleurs une première en région PACA. Enfin, le dernier pan de cette offre se situe au niveau de la commercialisation de biens et de services en énergie et environnement.
La première rentrée scolaire, sur le futur campus, est programmée pour septembre 2016.