Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Sciences et techniques

La Cité des énergies sera inaugurée en juin

Quand on sort de l’A51, le nouveau bâtiment ne passe pas inaperçu. Situé à quelques centaines de mètres de l’entrée principale du CEA Cadarache, il appartient au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives qui, au début du mois de juin l’érigera en symbole de sa Cité des énergies. Un projet partagé avec la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix, qui correspond à la volonté de développer les énergies alternatives et renouvelables en lien avec les industriels locaux. La nouvelle entité sera cogérée par le CEA Cadarache et le Liten (Laboratoire d’innovation pour les technologies des énergies nouvelles) essentiellement présent à Grenoble et Chambéry. Concrètement, la Cité des énergies se développera autour de quatre axes: le solaire, la biomasse (notamment tout ce qui touche aux biocarburants), l’efficacité énergétique de l’habitat méditerranéen, et le transfert technologique en direction des PME régionales.
Située sur des terrains appartenant au CEA, il s’agira donc donc d’un espace ouvert, à destination des professionnels mais également du grand public. Parmi les projets phares, Mégasol concernera l’énergie solaire (photovoltaïque, thermique et thermique à concentration): il prévoit l’implantation sur une dizaine d’hectares de plateformes sur lesquelles les industriels pourront venir tester leur matériel, acquérir de nouvelles donnés et bénéficier de l’infrastructure du centre.
Autre projet majeur, le développement de la plateforme Héliobiotech, actuellement installée à l’intérieur du centre. La recherche fondamentale sur les micro-algues permet en effet aujourd’hui d’affirmer qu’il est possible de créer du biodiesel à partir des lipides de la Chlamydomonas Reinhardtii. Ces études doivent désormais servir les intérêts d’une seconde équipe, Hélioprocess, dont l’objectif sera d’avancer vers l’industrialisation du procédé: 50 personnes au total (Héliobiotech + Hélioprocess) seront dédiées à ce projet qui se matérialisera en dehors des clôtures. Comme un symbole de cette volonté d’aller à la rencontre des industriels afin de transformer ce savoir en savoir-faire. Et de le rendre rentable, notamment au niveau du coût du litre de carburant produit.
Le tout premier bâtiment, dont l’inauguration aura lieu le 12 juin, sera à la fois opérationnel et stratégique. Il matérialisera en effet le tout premier regroupement des énergies alternatives solaires et de la bioénergie avec des équipes de la DRT (Direction de la recherche technologique, à Grenoble) et de la DSV (Direction des sciences du vivant).