Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

La Cité des énergies prête à franchir un nouveau cap

CanalSol, Alsolen, Megasol… Autant d’acronymes ou de sigles qui se multiplient dans le cadre de la Cité des énergies, officiellement lancée il y a un an à Cadarache; à l’image du contrat signé le 14 avril entre le CEA et le groupe Valeco. L’accord, qui porte sur 5 ans et représente un budget d’un million d’euros, fait donc partie du grand projet Megasol, plateforme d’étude du solaire photovoltaïque à l’échelle pré-industrielle qui s’étend sur 75 hectares en bordure extérieure de la zone clôturée du centre CEA Cadarache. Le groupe Valeco, associé à la Caisse des dépôts, s’implantera sur une première zone de 17 hectares et la production de la centrale (estimée à 6,2 MWc) sera injectée dans le réseau ERDF.
L’objectif de ce programme de R&D, qui durera 5 ans et sera effectué par les équipes du CEA Tech, est de tester des panneaux photovoltaïques (PV) sur châssis fixes et des panneaux photovoltaïques à haute concentration (HCPV) sur châssis mobiles. Le programme comporte le suivi des performances PV et HCPV à partir de monitoring fin (détection de pannes et prévision de maintenance et dérive des installations HCPV). Egalement au programme: la prévision de production à court et à long termes, et la stratégie de stockage. A noter que le contrat comprend une étude de l’impact sur l’environnement naturel et forestier, en partenariat avec l’Office National des Forêts et l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE). Il s’agira en particulier d’étudier la cohabitation entre photovoltaïque et exploitation forestière mais également d’analyser l’évolution de la flore, de l’habitat et de la qualité du sol sous la centrale elle-même.
« Le photovoltaïque a connu un excellent démarrage dans le cadre de la Cité des énergies et nous sommes aujourd’hui très sollicités » détaille Pierre Joubert, chef de projet pour le CEA Cadarache. « Nous sommes désormais dans une posture où, compte tenu du nombre de demandes, nous pouvons nous permettre de sélectionner les projets. Dans le cas de Valeco, l’objectif affiché est clairement de gagner quelques années afin de passer au plus tôt à la commercialisation du produit. Et si les industriels se tournent de plus en plus vers nous, c’est précisément parce que la collaboration avec nos équipes permet un retour rapide sur investissement ». Ces premiers succès vont désormais permettre à la Cité de véritablement prendre son envol avec, dans les prochaines semaines, l’emménagement dans les nouveaux locaux, avant la construction d’une maison pilote d’ici la fin de l’année afin de développer un autre thème majeur: l’efficacité énergétique de l’habitat méditerranéen. Enfin, concernant le dernier volet développé dans le cadre de la Cité des énergies et qui touche la biomasse, un contrat est sur le point d’être signé avec un « spirulinier »… autrement dit avec une société française spécialisée dans la production d’une micro-algue baptisée spiruline. Son développement à l’échelle préindustrielle devrait toucher à terme, les secteurs énergétiques avec la production de biocarburant, mais également le domaine des colorants naturels…