Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

Colette Lewiner: « On ne doit pas arrêter de centrales nucléaires existantes ! »

Gaz de schiste
« L’essor des gaz non conventionnels, dont le gaz de schiste a bouleversé la géopolitique de l’énergie, sachant que, aujourd’hui en Europe, un tiers du gaz est consommé pour la production d’électricité.
« Auparavant, le gaz n’était considéré que comme une énergie de transition alors qu’il est aujourd’hui devenu une source d’énergie pérenne. On est en effet passé de 60 ans de réserve à sans doute au moins 200 ans. Uniquement en France, selon différentes études, il y aurait l’équivalent de 100 ans de réserve! »
Energies renouvelables
« L’essor des renouvelables a également modifié la donne avec des conséquences directes sur certaines centrales, notamment des centrales au gaz très récentes et performantes qui sont mises à l’arrêt pour introduire l’électricité renouvelable dans le réseau. Mais, compte-tenu de l’intermittence de ce type d’énergies, la sécurité d’approvisionnement à court terme peut être menacée … le temps de faire redémarrer ces centrales! »
L’exemple allemand
« Dans le domaine des renouvelables, l’Allemagne fait réellement figure de laboratoire géant avec, d’une part, l’essor des renouvelables et, d’autre part, de considérables réserves de lignite, estimées à 10 000 MW.
« Mais le lignite produit énormément de CO2 et les centrales (solaires ou éoliennes) produisant de l’électricité verte ne se trouvent pas à proximité des zones géographiques où les besoins sont les plus élevés. Dans ce schéma, on a parfois l’impression que le réseau a été oublié et les Allemands doivent construire des lignes haute tension dont la population ne veut pas!
« Aujourd’hui, en Allemagne, la transition énergétique est en panne à cause du réseau et du manque de lignes haute tension. Et le kilowattheure y est deux fois plus cher qu’en France ».
Le nucléaire
« Dans ce constat global, le nucléaire affiche aujourd’hui plusieurs avantages de taille: il ne produit pas de CO2, il ne nécessite aucun refonte des réseaux, il produit une énergie domestique facilement utilisable par tous, il est fiable à long terme et programmable. Enfin, il est également compétitif en termes de coût même si, sur ce point, il faut rester extrêmement vigilant… En effet, en France, la CSPE (contribution au service public de l’électricité) représente actuellement 15% de la facture électrique. Or les subventions aux renouvelables représentent 60% de cette taxe… »
« C’est pour toutes ce raison que, à part en Allemagne et au Japon, aucun réacteur n’a été arrêté dans le monde. Et c’est également pour toutes ces raisons que je pense qu’on ne doit pas arrêter de centrales nucléaires existantes! »