Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

« Une formidable opportunité de remotiver les équipes liées à la radioprotection »

Décembre 2014: un embouteillage rejette les véhicules des salariés du centre sur la bande d’arrêt d’urgence de l’A51. A l’origine de ce bouchon, une distribution de tracts et un blocage des entrées afin de protester contre un projet de réorganisation du SPR, le service de protection contre les rayonnements. Ils craignent « une délégation des responsabilités » et refusent « la mise en place d’agents techniques de radioprotection », estimant que cela reviendrait à mettre en place une « radioprotection non professionnelle dans les installations ».
Juin 2015: le flot des véhicules s’écoule normalement dans la vallée de la Durance. Le conflit semble désormais bien loin. En effet, dès les premières semaines de 2015, Christian Bonnet, directeur du centre, a souhaité mettre en place un groupe de travail sur la radioprotection, réunissant ainsi le SPR, les chefs d’installation, des représentants des équipes d’exploitation des installations et le CHSCT. Une démarche de concertation qui va contribuer dans quelques jours à la publication d’un livre blanc sur la radioprotection.
Sans dévoiler la teneur du futur document, la réunion plénière de la CLI, tenue le 3 juin au Château de Cadarache, a permis de constater l’évolution des craintes. Voire leur disparition… « Il faut souligner qu’il est exemplaire de passer d’une situation de conflit à une situation de débat avec une réflexion commune », a d’ailleurs tenu a rappelé Gérard Guieu, secrétaire du CHSCT du CEA Cadarache. « La radioprotection, c’est notre quotidien avec un enjeu majeur de culture de la sûreté. Aujourd’hui, il est important de signaler que plus rien ne laisse présager une radioprotection non-professionnelle dans les installations. Au contraire, nous avons une formidable opportunité de remotiver les équipes liées à la radioprotection ».
Un constat repris par Christian Bonnet qui, en conclusion des interventions sur l’organisation de la radioprotection des salariés, a souligné qu’il n’est « en aucun cas question de sous-traiter ces tâches de radioprotection », rappelant également, sous le contrôle de l’ASN, que le CEA Cadarache possède « une organisation robuste, et du personnel compétent, qui permet d’avoir de bons résultats, même s’ils restent toujours perfectibles ».