Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

« Le CEA Cadarache est prêt pour au moins 50 ans de plus »

Le centre de Cadarache a célébré son 50e anniversaire en 2009. Une longévité que le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives fait désormais rimer avec pérennité puisque, pendant qu’il construit le réacteur Jules-Horowitz, il met en service une nouvelle installation… C’est en effet le 3 juin que l’Atelier de Gestion Avancée et de Traitement des Effluents (Agate) a été inauguré, quelques semaines après sa mise en service. Agate va permettre de transférer des effluents radioactifs à partir d’une citerne de transport vers des cuves, d’entreposer ces effluents avant de les traiter à l’aide d’un évaporateur.
L’objectif principal de l’installation est de concentrer la radioactivité des effluents liquides contenant majoritairement des radioéléments « bêta gamma » au moyen d’une unité d’évaporation, avant transfert vers le centre du CEA Marcoule dans le Gard pour traitement final et conditionnement. L’intérêt principal de l’installation réside donc dans sa capacité à réduire les volumes de déchets avec, au bout de la chaîne, une nette réduction des transports en direction de Marcoule.
Mais au-delà du descriptif technique, Agate s’inscrit surtout dans le cadre d’un plan de renouvellement plus global, dont a bénéficié la filière de traitement des matériaux nucléaires. En effet, en seulement 8 ans (entre 2006 et 2014), le CEA Cadarache a mis en service trois nouvelles installation pour la gestion des déchets et effluents. Ce renouvellement a permis de remplacer progressivement des plateformes mises en service dans les années 60. Si bien qu’aujourd’hui le CEA Cadarache est à la pointe de la technologie avec des plateformes en parfaite adéquation avec les contraintes règlementaires pour une protection optimale du personnel exploitant, mais également de l’environnement.
« C’est un signe fort de notre engagement pour les prochaines décennies: le centre est d’ores et déjà prêt pour au moins 50 ans de plus ! », n’a d’ailleurs pas manqué de souligner Christian Bonnet, directeur du centre de Cadarache, lors de l’inauguration. « Agate et, bien sûr, le RJH, représentent des investissements lourds pour le CEA et démontrent clairement que le nucléaire
n’est pas mis de côté ». A cet égard, la présence de Christophe Béhar, directeur de l’énergie nucléaire du CEA, lors de cette inauguration n’avait évidemment rien d’un hasard. Tout comme celle de Laurent Deproit, chef de la division de Marseille de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN): « parce qu’il était important que cette installation démarre afin qu’il y ait un partage d’expérience entre ceux qui l’ont conçue et ceux qui vont l’exploiter ».