Accueil » Actualités, Communiqué, Environnement, Evénements, Presse, Publications, Sciences et techniques

« Cadarache est le centre qui représente le mieux le CEA »

Ancré en Provence depuis plus de 50 ans, le CEA Cadarache dispose de très nombreux atouts, comme l’a rappelé son directeur lors de ses vœux. « C’est le seul centre CEA où l’ensemble des activités du CEA est représentée! Notre capacité à irriguer le tissu industriel par des transferts de technologie et notre haut niveau d’excellence dans de nombreux domaines de recherche sur les énergies constituent de sérieux atouts de développement. Notre forte implication lors du dernier forum France-Inde et le lancement de la nouvelle plateforme technologique WEST pour la fusion sont les meilleurs exemples de notre capacité à nous développer au niveau international » a-t-il insisté.
Au niveau régional, l’accord signé avec l’université Aix-Marseille et la création d’un nouvel institut CEA-EDF sont deux éléments d’un ancrage territorial solide. L’ambition est de travailler plus en harmonie encore avec son environnement pour favoriser la compétitivité industrielle et l’emploi. Sans perdre de vue, bien sûr, la sûreté. « Il est essentiel que nos engagements et nos objectifs dans ce domaine soient respectés en particulier dans la mise en œuvre des mesures qui découlent des dernières évaluations complémentaires de sûreté. C’est un élément essentiel qui nous permettra de modifier une image de défiance du public qui semble persistante et que je regrette ».
2014 se place aussi sous le signe des projets que ce soient au niveau européen avec des études pour améliorer les performances des réacteurs existants, allonger leur durée de vie ou le développement des réacteurs du futur de quatrième génération dont le projet Astrid porte l’étendard. Des jalons importants se profilent d’ores et déjà comme la mise en route de réacteurs de recherche: Cabri en 2015, et le RES pour la propulsion navale en 2016. Un nouveau poste de commandement, en cas de crise, sera également mis en place pour en 2017. Sans oublier, bien sûr, le développement des énergies alternatives: « c’est la vocation de Cadarache de développer le solaire à concentration, l’efficacité énergétique des bâtiments et la biomasse de troisième génération à partir des micro-algues ». Un programme ambitieux qui devra s’intégrer dans le prochain contrat d’objectifs 2014-2016 en cours de discussion.
Finissant sur une note réaliste, il a joué la carte de la transparence en annonçant « qu’il sera nécessaire de faire des choix et de fixer les priorités pour renforcer la lisibilité de programmes majeurs, comme le réacteur Jules Horowitz dont l’une des missions concerne la production de radioéléments à usage médical. L’émergence de nouvelles plateformes technologiques passera par la redéfinition de certains programmes ».